Comment mettre en place une vrai culture d’Intrapreneuriat

Par Eric Pinet | 21 November, 2017

Introduction

Mais qu’est-ce que l’intrapreneuriat? C’est assez simple à première vue … mais si complexe à mettre en pratique efficacement dans une organisation.

Commencont par la définition:

La mise en œuvre d’une innovation par un employé, un groupe d’employés ou tout individu travaillant sous le contrôle de l’entreprise.

C’est donc permettre à un employé de réaliser une idée à l’intérieur de l’organisation en lui apportant du soutient en terme de ressources matérielles, humaines et de temps.

Pourquoi faire de l’intrapreneuriat? Selon moi les entreprises d’aujourd’hui sont confrontées à une compétition mondiales de plus en plus féroce. La créativité et l’innovation constante est la seule manière de tirer son épingle du jeu, mais il est impossible pour une seule personne, aussi brillante soit-elle, d’innover en permanence. C’est lorsque l’on réalise ça que l’intrapreneuriat prend tout son sens pour permettre à l’entreprise de développer la capacité à transformer ses idées plus vites que ses concurrents en produits et services disponibles aux marchés.

Processus d’intrapreneuriat

Comment mettre en place les éléments nécessaires à faire jaillir les idées et le désire d’entreprendre dans une organisation? C’est une question fondamentale et je ne crois pas qu’il existe une seule recette. Par contre, certains éléments doivent être pris en compte pour augmenter les chances de succès.

1. IMPLICATION DE LA HAUTE DIRECTION ET DES GESTIONNAIRES

La haute direction doit avoir la conviction de l’importance du bon processus d’intrapreneuriat. Elle doit également mettre les actions pour le promouvoir et le renforcer. La haute direction doit s’assurer que les gestionnaires sont cohérent avec cette vision.

2. MISE EN PLACE ET PROMOTION D’UNE POLITIQUE CLAIRE

La politique d’intrapreneuriat doit être claire et largement communiqué dans l’organisation. Elle doit expliquer le processus, l’autonomie des intrapreneurs ainsi que les bénéfices du programme.

Elle doit également détailler les ressources de formations, d’accompagnements, de coachings, de matériels et de temps disponibles pour l’intrapreneuriat afin de démontrer le sérieux de l’organisation dans le processus.

3. IDENTIFIER ET AMOINDRIR LES FREINS

Plusieurs éléments peuvent freiner vos efforts. Identifier les sans les nier et trouver des moyens pour réduire leurs impacts négatifs. Gestionnaires réticents, peur de l’échec et manque de valorisation des intrapreneurs sont quelques freins possibles à la réussite d’un bon programme d’intrapreneuriat.

Des études indiquent que les employés s’empêchent de lancer une idée par peur d’échouer. Trouver un moyen de leur montrer que l’échec n’est pas grave. Ce n’est qu’une une étape normale dans tous processus de création et qu’il ne sera pas punis. Par exemple, une entreprise a mise en place une prime de 100$ pour « L’erreur la plus prometteuse »!. Il faut renforcer l’idée du vieux proverbe « qui ne risque rien n’a rien ».


Sources: http://expertise.hec.ca/chaire_entrepreneuriat/wp-content/uploads/2003-10intintrapreneuriatbrahim.pdf

comments powered by Disqus